Participer
Communiqué de presse

Violence organisée et criminalité dans le canton de Neuchâtel : l’Etat doit agir maintenant !

Une fois encore, la violence organisée a frappé notre canton. Cette fois-ci, c’est un jeune étudiant d’une vingtaine d’année qui a été agressé devant son établissement scolaire du Locle, en plein jour, par une bande armée sur fonds de rivalité entre gangs ( article Arcinfo / article 20Minutes ).

Pour l’UDC, ces dérives sécuritaires sont tout bonnement intolérables. Ces guerres de gang ont d’ores et déjà fait 2 morts. Le groupe des députés UDC avait déjà formulé une interpellation (21.205) l’an dernier à ce sujet (dont la demande d’urgence avait été balayée par les autres partis…) suite à une attaque entre ces mêmes gangs rivaux qui avait fait un mort sur Lausanne ( article Blick ) ; la réponse du Conseil d’Etat, peu satisfaisante, nous expliquait en gros que la situation devait être prise en main mais que dans la pratique « les efforts déployés actuellement » semblent suffire.

Manifestement, les efforts déployés ne suffisent pas ! Notre canton est toujours en proie à ces violences, tout comme à des vagues de cambriolages régulières, des violences conjugales qui pourraient être évitées grâce à une surveillance active et autres. En outre, notre police est confrontée à une vague de démissions sans précédents, symptomatique d’un certain malaise au sein du département. Enfin, une grande part des violences est le fait de criminels étrangers (par ex. 63% des féminicides en Suisse sont commis par des étrangers) et Neuchâtel fait toujours figure de très mauvais élève en termes d’application de la loi sur le renvoi des criminels étrangers.

La sécurité doit revenir au centre des préoccupations du monde politique, avant que notre canton ne devienne un véritable coupe-gorge. Seule l’UDC semble se préoccuper réellement de ces questions. Dès lors, le groupe UDC a déposé 2 interpellations et prépare une série d’interventions parlementaires afin de renforcer la sécurité dans nos rues. L’interpellation urgente 22.201, portée par le président du groupe des députés Niels Rosselet-Christ, demande des actions immédiates au gouvernement face à ces guerres de gang et des clarifications sur le problème du manque d’effectifs dans la police. La deuxième interpellation 22.200, portée par la députée et secrétaire cantonale Roxann Durini, demande des éclaircissements au Conseil d’Etat sur les lacunes d’application du renvoi des criminels étrangers. En outre, une autre interpellation a déjà été préalablement déposée, l’interpellation 22.163, également portée par Roxann Durini, s’agissant des problèmes de harcèlement sexuel et harcèlement de rue. Préalablement, c’est le député UDC Daniel Berger qui a également porté l’interpellation 22.152 du groupe UDC concernant les problèmes liés à la présence de requérants d’asile violents aux Verrières (NE).

L’Etat doit, selon l’UDC, renforcer les moyens légaux, logistiques et humains de la police. La justice doit faire preuve de plus de fermeté à l’égard de tous les criminels et enfin appliquer le renvoi des criminels étrangers conformément au droit fédéral supérieur.

L’UDC occupe régulièrement les discussions dans l’hémicycle sur les questions sécuritaires, mais ces questions semblent être complètement désertées par les autres partis !

L’UDC est donc le seul parti politique neuchâtelois à s’inquiéter réellement de la sécurité des neuchâteloises et des neuchâtelois et à s’engager résolument pour la sécurité.

partager l’article
en lire plus
contact
UDC du canton de Neuchâtel
2316 Les Ponts-de-Martel
Téléphone
+41 79 834 42 52
E-mail

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord