Participer
Communiqué de presse

NON à la LRCR !

Le 26 septembre 2021, le peuple neuchâtelois se prononcera sur le projet de loi de reconnaissance des communautés religieuses (LRCR), suite aux deux référendums, lancés respectivement par l’UDC et par le PLR. Cette loi ouvre la possibilité à toutes les communautés religieuses qui le souhaitent d’être reconnues « d’utilité publique » par voie de décret du Conseil d’Etat, ce qui signifie devenir une « religion d’état » au même titre que les trois Eglises chrétiennes à ce jour reconnues par la Constitution neuchâteloise.

La LRCR est anti-démocratique

Le projet de loi ne prévoit pas la possibilité pour la population de s’opposer à un décret de reconnaissance, malgré plusieurs tentatives d’introduire ce droit dans la loi lors des travaux au Parlement. Par peur du peuple, le Conseil d’Etat et dans une certaine mesure le Grand Conseil confisquent donc la démocratie afin d’avoir les pleins pouvoirs sur ces questions, laissant le principal intéressé – le peuple – hors des débats. L’utilité publique d’une communauté religieuse ne saurait être mieux évaluée que par le public (le peuple donc) lui-même.

La LRCR est un piège pour les finances cantonales

L’octroi d’un décret de reconnaissance nécessitera un appareil bureaucratique conséquent, ce qui alourdira encore davantage les dépenses du canton, ce alors que nous traversons des temps économiquement difficiles. De plus, une fois reconnues d’intérêt public, les communautés concernées seront purement et simplement dispensées de payer des impôts, ce qui engendrera un manque à gagner pour l’Etat.

La LRCR est lacunaire

Malgré des critères d’attribution nombreux, la loi de reconnaissance ne va à notre sens pas assez loin. En outre, l’obligation de prêcher dans une langue nationale ou encore l’interdiction de tout financement d’une communauté reconnue depuis l’étranger sont des propositions qui n’ont pas été retenues dans la loi. Ces garde-fous sont pourtant nécessaires afin de garantir le plein respect de l’ordre juridique et moral de notre canton.

La LRCR met à mal la laïcité

Si la reconnaissance constitutionnelle de 3 Eglises chrétiennes découle d’un long processus historique, ces communautés ayant littéralement façonnées l’Etat moderne dans lequel nous vivons aujourd’hui, le pouvoir politique et les Eglises restent rigoureusement séparés. La LRCR tend à réduire cette frontière pourtant vitale pour la pérennité de l’Etat de Droit. Les communautés religieuses sont libres d’exercer leur foi (cela est garanti dans la Constitution), une reconnaissance d’utilité publique est inutile.

Pour toutes ces raison, l’UDC neuchâteloise appelle la population à voter NON à la LRCR le 26 septembre 2021 !

partager l’article
en lire plus
Contact
UDC du canton de Neuchâtel
2316 Les Ponts-de-Martel
Téléphone
+41 79 834 42 52
E-mail

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord