Participer
Communiqué de presse

Mots d’ordre de l’UDC neuchâteloise pour les votations du 15 mai et élection d’un vice-président

Réunis en Assemblée générale ordinaire mercredi 16 mars 2022 à Bôle, les membres de l’UDC du canton de Neuchâtel ont décidé des mots d’ordre de la section cantonale pour les votations fédérales et cantonales du 15 mai prochain :

VOTATIONS FEDERALES :

NON à la modification de la loi fédérale sur la culture et la production cinématographiques (Loi sur le cinéma, LCin), « lex Netflix »

Une large majorité des membres présents rejettent la « lex Netflix ». En effet, ce projet, qualifié « d’anti-libéral » par l’orateur sur cet objet, le Député et chef de groupe Niels Rosselet-Christ, n’a pas trouvé grâce aux yeux de l’assemblée. En outre, cette modification de loi soutien un système qui se place en porte-à-faux avec l’évolution des habitudes de consommation de la population en termes cinématographiques et de contenus multimédias. L’UDC neuchâteloise estime qu’une approche plus actuelle et concurrentielle de l’offre helvétique saura se placer sans peine sur la scène cinématographique internationale, sans « perfusion financière » supplémentaire.

LIBERTE DE VOTE sur la modification de la loi fédérale sur la transplantation d’organes, de tissus et de cellules (Loi sur la transplantation)

Comme pour d’autres sujets de société touchant à l’éthique et aux convictions personnelles, les membres de l’UDC neuchâteloise ont décidé de laisser la liberté de vote sur cette modification de loi. A l’instar du président a.i. de l’UDC neuchâteloise Lionel Martin, l’Assemblée est sensible aux arguments du ‘oui’ et du ‘non’ et estime que chacune et chacun doit se prononcer en son âme et conscience, au regard de ses convictions, de ses croyances et de ses sensibilités.

NON à l’arrêté fédéral du 1er octobre 2021 portant approbation et mise en œuvre de l’échange de notes entre la Suisse et l’Union européenne concernant la reprise du règlement (UE) 2019/1896 relatif au corps européen de garde-frontières et de garde-côtes (augmentation de la participation de la Suisse au système ‘Frontex’)

Après une présentation des arguments du camp du ‘OUI’ par le Député Daniel Berger et des arguments du camp du ‘NON’ par le Député et chef de groupe Niels Rosselet-Christ, les membres présents de l’UDC neuchâteloise se sont prononcés contre l’augmentation de la participation de la Suisse au système ‘Frontex’. Ce système est la structure administrative et humaine de protection des frontières extérieures de l’Union Européenne. La Suisse contribue actuellement à hauteur de 24 millions de francs par an en sa qualité de membre de l’Espace Schengen. Le budget total annuel de Frontex s’élève à quelque 1,84 milliards d’euros. Le présent projet d’arrêté fédéral souhaite porter la contribution de la Suisse à plus de 60 millions de francs par an. La majorité des membres de l’UDC neuchâteloise refusent cette participation, qu’ils jugent inutile puisqu’il n’y a à ce jour « aucune volonté politique de la part de l’Union Européenne » à véritablement protéger les frontières extérieures face notamment aux flux migratoires de masse. Les « frontières passoires » de l’UE contribuent à l’immigration de masse dans notre pays (+100’000 personnes chaque année !). En outre, depuis l’adhésion de la Suisse à Schengen (et donc à Frontex), la criminalité, l’insécurité, les violences et l’immigration n’ont de cesse d’augmenter. Une majorité de l’UDC neuchâteloise estime donc que les fonds alloués à Frontex seraient, par exemple, bien mieux investis dans notre propre corps de garde-frontières. Enfin, la majorité de l’UDC neuchâteloise ne cède guère à la « peur » de voir la Suisse sortir des accords de Schengen en cas de ‘non’ (comme l’a explicitement fait comprendre la Conseillère fédérale Karin Keller-Suter en février dernier), voyant ce ‘risque’ comme une opportunité pour la Suisse de reprendre le contrôle de ses frontières.

VOTATIONS CANTONALES (NE) :

NON à l’initiative du Centre « pour une cour des comptes »

L’UDC neuchâteloise rejette unanimement la création d’une cour des comptes. En effet, celle-ci ne se justifie pas dans notre canton. Les finances cantonales ne sont pas sujettes à des malversations ; comme l’a rappelé l’orateur sur cet objet, le président a.i. de l’UDC neuchâteloise Lionel Martin, « le problème dans ce canton, c’est qu’il a les poches percées ». Les membres de l’UDC neuchâteloise estiment le contre-projet du Conseil d’Etat bien plus intéressant, à savoir une plus grande autonomie du contrôle cantonal des finances (CCFI), qui pourra ainsi assumer davantage des tâches de surveillance sans toutefois créer une ‘usine à gaz’ bureaucratique.

NON à l’initiative du POP « pour une fiscalité équitable »

C’est également à l’unanimité que l’UDC neuchâteloise rejette cette initiative de l’extrême gauche, qui prévoit d’augmenter l’impôt sur les fortunes de plus de CHF 500’000.-. Là encore, comme l’a rappelé Lionel Martin, « on ne parle pas de 500’000.- francs sur un compte bancaire ou avec une carte gold mais d’un patrimoine global. Et lorsqu’on parle de patrimoine, on arrive très vite à cette somme ». En effet, une maison acquise après des décennies de dur labeur, par exemple, constitue potentiellement un patrimoine qui entrerait dans cette nouvelle hausse d’impôts. Les domaines agricoles, par exemple, risqueraient aussi d’être concernés. Dans un canton où la fiscalité est déjà l’une des plus lourde de tout le pays, cette initiative est dangereuse car elle contribuera à réduire encore l’attractivité du canton et à pousser dehors des contribuables, qui s’en iront vers d’autres régions fiscalement plus clémentes.

ELECTION D’UN VICE-PRESIDENT :

L’UDC neuchâteloise se réjouit de l’élection à l’unanimité de M. Marc Schneider à la vice-présidence du parti ! Ce père de famille de 58 ans, responsable SAV depuis près de 30 ans dans une multinationale chaux-de-fonnière, s’engage activement dans l’équipe de direction afin de contribuer à la préservation de nos valeurs suisses et à l’amélioration des conditions de vie dans notre société. Acquis à la ligne idéologique de l’UDC, M. Schneider saura apporter autant d’idées que de support au sein d’une équipe dirigeante soudée et dynamique qui se réjouit d’ores et déjà de cette nouvelle collaboration.

La direction de l’UDC neuchâteloise se compose désormais comme suit :

  • Présidence a.i. : Lionel Martin, 35 ans, Conseiller entreprises
  • Vice-présidence : Markus Schneider, 58 ans, responsable SAV
  • Présidence du groupe des Députés : Niels Rosselet-Christ, 32 ans, Député, emp. com. MPC
  • Présidence des Jeunes UDC Neuchâtel : Mme Estelle Matthey-Junod, 21 ans, étudiante en droit
  • Secrétariat cantonal : Mme Roxann Durini, 30 ans, Députée, emp. com. MPC
  • Conseiller à l’économie : Daniel Berger, 69 ans, Député, administrateur de sociétés, anc. Brigadier
partager l’article
en lire plus
contact
UDC du canton de Neuchâtel
2316 Les Ponts-de-Martel
Téléphone
+41 79 834 42 52
E-mail

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord