Participer
Communiqué de presse

Bilan des travaux de l’UDC au Grand Conseil – session des 28 et 29 juin

(photo : le groupe des députés et des députés suppléants UDC, le 28 juin pendant la pause entre la session de l’après-midi et du soir)

La dernière session avant l’été a été marquée par quelques rebondissements. Retour sur les grandes lignes de cette session :

Des comptes plus que mitigés

L’UDC a accepté les comptes de l’Etat, non sans une certaine retenue. Le rapporteur du groupe, le député suppléant et membre de la commission des finances Damien Schär, a précisé les observations de l’UDC lors de sa prise de parole dans l’hémicycle. Les comptes 2021 bouclent sur un bénéfice d’un peu plus de 3.5 millions de francs ; aux premiers abords, cela peut paraître réjouissant. Cependant, force est de constater que ce résultat ne respecte pas le frein à l’endettement, car pour respecter ce dernier, il aurait fallu 5.4 millions de francs de bénéfice. Ce résultat démontre que des efforts doivent encore être effectués, notamment au niveau de la gestion de nos dépenses. Comme ces dernières années, nous pouvons constater que le résultat d’exploitation est déficitaire ce qui nous amène à en conclure que nous avons un déficit structurel qui perdure, déficit qu’il serait temps de résorber, par exemple en allégeant les charges croissantes de l’administration.

Nous avons rappelé également que le programme de législature ainsi que la planification financière 2022-2025 qui en découle et discutés lors de la dernière session prévoit des investissements colossaux ; au regard de notre situation financière très fragile, nous sommes donc quelque peu dubitatifs. Nous constatons, comme chaque année, une augmentation des EPT (« équivalents plein temps ») dans l’administration cantonale (donc des créations de postes) : + 34 en 2021 !  Vu notre situation financière, il n’est tout simplement pas responsable d’augmenter chaque année les effectifs de la fonction publique. Il faut miser sur l’efficience et nous concentrer sur les tâches essentielles de l’État (santé, sécurité et enseignement) et surtout faire en fonction de nos moyens.

Nous relevons quand même avec satisfaction que les intérêts de la dette ainsi que le taux moyen étaient, à la fin de l’année 2021, à des niveaux rarement vus. Toutefois, à la suite du conflit armé en Europe de l’Est et vu l’incertitude ambiante, les taux d’intérêt ont tendance à remonter, ce qui péjorera inévitablement les futurs emprunts qui seront conclus.

Si nous voulons éviter des mesures d’austérités, il est indispensable d’avoir des comptes sains et un faible endettement nous y aidera grandement. Nous devons améliorer notre gestion financière par des dépenses mesurées, tout en continuant à développer l’attractivité fiscale, sans augmenter les taxes et émoluments, notamment pour les personnes physiques. L’UDC poursuit son engagement pour des finances saines et une fiscalité supportable.

Violences domestiques : la situation actuelle n’est pas satisfaisante

L’UDC a refusé le classement du postulat 19.190 déposé par la commission idoine. Ce dernier demande d’augmenter la dotation des moyens à disposition pour lutter contre le fléau de la violence domestique. Le rapporteur du groupe UDC, le député Grégoire Cario, a notamment rappelé que les victimes de ces violences ne sont à ce jour par suffisamment protégées. Il a notamment rappelé que l’UDC est d’ores et déjà plusieurs fois intervenue dans l’hémicycle, notamment par la voix de la députée Roxann Durini, afin de prôner la mise en place du bracelet électronique avec surveillance active, comme cela se pratique dans d’autres pays avec des résultats édifiants (l’Espagne, par exemple, a un taux de mortalité de 0% lors de tentatives de récidives, ce grâce au bracelet électronique couplé à la surveillance active). De fait, pour l’UDC, il est urgent de consolider les moyens de lutte contre ce fléau avec davantage de fermeté et de moyens, d’où le refus du classement du postulat. Elle rappelle également dans la foulée que plus de 60% des féminicides commis en Suisse sont le fait d’individus d’origine étrangère (statistiques à l’appui). Une politique migratoire plus ferme et une meilleure application des renvois des criminels étrangers dans notre canton peut aussi contribuer de façon significative à la lutte contre les violences domestiques. L’UDC poursuit résolument son engagement actif pour la sécurité des citoyennes et des citoyens.

Construction d’une infirmerie pénitentiaire et prise de parole sidérante des Vert’libéraux

Comme l’a rappelé le rapporteur du groupe UDC, le député suppléant Damien Schär, besoins de la prison de La Promenade à la Chaux-de-Fonds, sur le plan sécuritaire notamment, sont clairement avérés et ce rapport n’a pas fait grand débat puisqu’il a été approuvé à l’unanimité du Parlement cantonal. La désuétude des installations existantes et leurs lacunes en termes de sécurité pour le personnel pénitentiaire sont des faits incontestés et le crédit, certes important, portant sur quelque 5 millions de francs, est nécessaire pour y pallier et garantir ainsi la sécurité des citoyennes et des citoyens face notamment aux risques d’évasion.

L’UDC relève toutefois la prise de parole aussi sidérante sur le fond que dramatique sur la forme de la rapportrice des Vert’libéraux ; en effet, quand cette dernière se lance dans une tirade pleine d’émotions sur un ton grave pour nous parler du “choc de l’incarcération”, de “la cohabitation forcée” ou encore de “la douleur de l’emprisonnement” pour parler de ces « pauvres » criminels incarcérés pour toutes sortes de choses (meurtre, viol, violence, féminicide, etc.), mais on croit rêver ! Bien entendu, tous les criminels ne sont pas enfermés pour la même gravité de motifs mais quand même, de tels propos nous laissent sacrément songeurs. Cela serait presque drôle si le malheur des victimes de ces criminels bénéficiant de la compassion du centre-gauche écologiste n’était pas occulté avec autant de culot… Les personnes victimes des crimes de certains de ces prisonniers doivent être absolument ravies de savoir que le groupe Vert’libéraux – Le Centre s’inquiète du bien-être de leurs tortionnaires… Mais ce n’est pas un scoop ; on se rappellera aussi, par exemple, le refus de la gauche au Parlement fédéral du projet UDC de durcissement des peines fermes contre les violeurs et auteurs d’agressions sexuelles. Pendant que les partis de centre-gauche s’inquiètent du bien être des criminels, l’UDC se soucie et s’engage résolument pour le bien-être des victimes ainsi que de tous les honnêtes gens de notre canton et de notre pays.

Une demande de grâce surréaliste

La session s’est conclue sur une demande de grâce qualifiée de « surréaliste » par le rapporteur du groupe UDC, le président du groupe des députés Niels Rosselet-Christ. En effet, l’individu présenté comme « Monsieur X » dans le rapport de la commission des pétitions et des grâces formulait cette demande au Grand Conseil, espérant éviter la peine de 198 jours de prison dont il fait l’objet. « Monsieur X » a une liste de condamnations longue comme un jour sans pain, entre billets de trains impayés, atteinte à l’autorité publique, vol mais aussi injures, violences verbales et physiques et violence domestique à l’encontre de sa désormais ex-compagne.

Niels Rosselet-Christ a rappelé, au nom du groupe UDC, qu’il serait imprudent de se soustraire au bon sens de la justice qui a condamnée cet individu. En outre, l’UDC salue la condamnation et l’incarcération de cet individu, tout en rappelant que l’UDC se positionne de façon générale pour des peines de prison plus fermes et plus longues à l’encontre des criminels, de surcroît s’il s’agit de multirécidivistes. Davantage de fermeté contre les criminels, c’est davantage de sécurité pour les neuchâteloises et les neuchâtelois. L’UDC poursuit résolument son engagement actif pour la sécurité des citoyennes et des citoyens.

Formation : un projet de loi totalement inutile

Le Grand conseil a validé une modification de loi qui vise hypothétiquement à améliorer l’insertion professionnelle des jeunes Neuchâtelois. Hypothétiquement car dans la pratique, ce projet de loi est absolument inutile puisqu’il ne fait qu’entériner des pratiques déjà en place ; une perte de temps donc que la rapporteuse du groupe UDC, la députée Roxann Durini, n’a pas manqué de souligner. Le projet de décret dont découle cette modification de loi a été déposé le 23 janvier 2018. 4 ans et demi de traitement, nombres de séances de commissions, tout cela pour aboutir à un projet de loi tout aussi inutile que le projet de base.

Les membres de la Commission éducation ont eu une présentation complète du panel des mesures mises en place afin de suivre, soutenir et proposer des options de formation aux jeunes sans projet professionnel à la sortie du cycle 3.

Ce panel de mesures est d’ores et déjà extrêmement complet et les résultats sont par conséquent déjà en place. Le rapport est clair : Durant l’année scolaire 2020-2021, pendant laquelle les effets de la pandémie se sont fait sentir, 285 jeunes de moins de 35 ans ont été contactés par l’OFIJ ou l’OCOSP dans le cadre des mesures de soutien spécifiques. Ils étaient sans solutions à la fin de l’école obligatoire ou du préapprentissage ou en rupture dans les processus de qualification ou de contrat d’apprentissage, ou encore en rupture dans les écoles professionnelles à plein temps. 34 ont refusé de bénéficier d’un suivi. Sur les 34 jeunes, 24 étaient majeurs et 10 avaient moins de 18 ans.

10 jeunes concernés seulement avaient moins de 18 ans et ce sont souvent des jeunes avec des problématiques complexes qui ne permettent pas toujours d’entamer une formation. Cela prouve que les mesures en place fonctionnent et que toutes ces séances de commissions ainsi que la durée de traitement du projet de décret n’ont été, pour l’essentiel, qu’une perte de temps et d’argent, à nos yeux du moins. Face à cette affligeante perte de temps (et de moyens), l’UDC a refusé – par principe – le projet de loi, ce dernier n’apportant donc absolument aucune plus-value à ce qui est déjà en place à ce jour. Le groupe UDC a par ailleurs remercié le Conseil d’Etat de ne pas avoir attendu quelque projet de loi ou de décret avant de faire le nécessaire. La députée Roxann Durini a par ailleurs eu l’opportunité d’expliquer le vote de l’UDC dans la presse sur les ondes de la radio RTN. L’UDC poursuit son engagement pour une formation professionnelle et scolaire optimale ainsi que pour l’efficience des travaux du Parlement et de l’administration.

Après l’été 2022

La session des comptes des 28 et 29 juin dernier signe le début de l’accalmie politique estivale. Mais l’UDC reste à l’affut, notamment en vue de la reprise des affaires mi-août. En effet, de nombreux sujets d’envergure seront débattus dans l’hémicycle dans le courant de l’automne. Face à la crise actuelle, notamment l’inflation, les risques de crise alimentaire et la crise énergétique, l’UDC a d’ores et déjà formulé plusieurs propositions parlementaires (en plus des propositions d’ores et déjà débattues précédemment ; vous pouvez retrouver l’ensemble de nos actions passées sur le bilan – 1 an de législature ). Parmi les objets qui seront prochainement débattues, sont d’ores et déjà déposées :

Propositions UDC, portées par le président du groupe des députés Niels Rosselet-Christ :

Motion 22.151 « suppression de l’impôt sur les successions »

Motion 22.165 « davantage de déductions pour lutter contre l’inflation »

Motion 22.166 « la sécurité alimentaire avant tout ! »

Postulat 22.179 « Agrovoltaïque : éviter de sacrifier des terres cultivables… »

Résolution 22.176 « Renforçons nos capacités de production céréalières ! »

 

Propositions UDC, portées par le député Quentin Geiser :

Recommandation 22.143 « le pôle économique de La Tène : une fausse bonne idée ? »

 

Propositions UDC, portées par la députée Roxann Durini :

Motion 22.142 « pour une langue vivante qui appartient à ceux qui la pratiquent »

Interpellation 22.163 « harcèlement sexuel et harcèlement de rue… »

 

Propositions UDC, portées par le député Arnaud Durini :

Interpellation 22.139 « discussions France – Suisse sur l’imposition des frontaliers »

 

Propositions UDC, portées par le député Grégoire Cario :

Interpellation 22.177 « actions d’éducation menées dans les écoles obligatoires du canton » 

 

Propositions UDC, portées par le député-suppléant Evan Finger :

Motion 22.180 « réduction des coûts des documents officiels sur le Guichet unique »

Recommandation 22.174 « à quand une page internet dédiée à notre hymne cantonal ? »

Interpellation 22.173 « apprentissage de nos hymnes – état de situation »

partager l’article
en lire plus
contact
UDC du canton de Neuchâtel
2316 Les Ponts-de-Martel
Téléphone
+41 79 834 42 52
E-mail

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord