Participer
Article

Votations du 25 septembre : dernière ligne droite !

Dimanche, on vote ! Chaque voix compte et les enjeux sont véritablement cruciaux ! 4 objets fédéraux et un objet cantonal sont soumis au verdict du Souverain :

Initiative sur l’élevage : un NON vital pour sauver notre agriculture !

De nos jours, l’agriculture suisse répond à une série de normes, de lois et de réglementations qui en font la plus exigeante et la plus respectueuse au monde de l’environnement et du bien-être animal ; elle ne cesse d’ailleurs de renforcer ses exigences. La qualité exceptionnelle de notre terroir est au diapason de ces exigences uniques sur la planète. Quelle que soit la taille de l’exploitation, les agricultrices et les agriculteurs travaillent dur et avec passion pour nourrir la population, dans le stricte respect des normes en vigueur et avec l’amour de leurs bêtes et de la terre. Dans les faits, en cas d’acceptation de l’initiative, d’innombrables exploitations agricoles, petites et grandes, seront contraintes de réduire considérablement leur cheptel (alors qu’à ce jour, ces exploitations sont exemplaires), ce qui, pour beaucoup, signera tout simplement la fin de leur domaine, faute de rentabilité. Ce texte est un clou de plus dans le cercueil de l’agriculture, profession déjà malmenée par moult prescriptions fédérales et cantonales (exemple : les récentes ordonnances fédérales exigeant notamment la mise en SPB de 3.5% des terres assolées, réduisant encore les capacités de production). En outre, la sécurité alimentaire déjà fragile de notre pays (57% d’autosuffisance à ce jour) sera encore plus conséquemment compromise. Nous serons, de fait, massivement tributaires des importations de denrées étrangères, ne maîtrisant ni la qualité, ni les conditions de production, ni les prix, tout cela en n’ayant pas même la garantie d’être livrés. A l’aube de la crise alimentaire majeure qui s’annonce en raison de la situation géopolitique mondiale, c’est un non-sens total. Rappelons aussi un fait que l’on oublie souvent : dépendre des importations, c’est favoriser l’agriculture de masse à l’étranger, privant les pays producteurs de ressources pour leurs populations et contribuant ainsi à aggraver la faim dans le monde.

Impôt anticipé : OUI à une réforme profitable à tous !

Grâce à cette réforme, le marché des obligations, qui à ce jour est en fuite complète à l’étranger (au Luxembourg et à Londres, notamment) en raison des complications administratives induites par l’impôt anticipé, pourra être rapatrié chez nous. Cette réforme permettra d’engranger des recettes fiscales conséquentes permettra en outre aux collectivité publiques d’économiser énormément de deniers publics sur les intérêts. Cette manne monétaire profitera à l’ensemble de la population, tant sur le plan fédéral que cantonal et communal.

AVS21 : 2x OUI pour garantir les rentes et pour l’égalité

Aujourd’hui, l’AVS est dans une situation critique. Il est primordial de réformer cette oeuvre sociale si nous voulons garantir des rentes à la population, aujourd’hui et demain. L’arrivée à la retraite de la génération des “baby-boomers” va considérablement secouer l’AVS. Cette réforme ainsi que son financement complémentaire par le biais de la TVA, est nécessaire afin de maintenir le niveau des rentes sur la durée. En outre, c’est aussi un pas de plus vers l’égalité hommes – femmes, puisque l’âge de la retraite (flexible) sera le même pour toutes et tous.

Assurance soins dentaires : NON à une nouvelle taxe inutile et coûteuse
L’assurance proposée ne couvrira pas les frais d’orthodontie, les soins esthétiques, les couronnes ou encore les implants dentaires. Cette assurance se limitera aux soins de base. Il s’agit donc d’une initiative très chère pour des soins limités. En effet, les soins les plus coûteux resteront entièrement à la charge des patients qui devront payer l’assurance ET les soins. Il ne faut donc pas se méprendre ; la classe moyenne payera un lourd tribut pour des prestations très réduites. De plus, toute la population pourra bénéficier de cette assurance, y compris les personnes qui ne cotisent pas. C’est donc encore une fois les personnes actives qui seront pénalisées et devront contribuer deux fois à cette assurance : une fois sur le salaire et une fois par l’impôt.

Nous comptons sur votre participation !
Chaque voix compte, chaque voix peut faire la différence !
Votez et faites voter autour de vous !

NON à la dangereuse initiative sur l’élevage
OUI à la réforme de l’impôt anticipé
OUI à AVS21
OUI au financement complémentaire de l’AVS
NON à la coûteuse initiative soins dentaires

UDC Neuchâtel

partager l’article
en lire plus
contact
UDC du canton de Neuchâtel
2316 Les Ponts-de-Martel
Téléphone
+41 79 834 42 52
E-mail

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord